Christine Lagarde : "En région, les entreprises, les salariés et les demandeurs d’emploi auront désormais un interlocuteur"

3 juil. 2008, PAR Acteurs Publics
  • 03
    MIN
  • 0

La ministre de l'Économie fixe trois missions principales à son ministère. En interne, elle s'attelle à la fusion des directions des entreprises, du tourisme, du commerce et de l'artisanat.

Quelles seront les missions de votre ministère en 2012 ? Avec quels objectifs ?

Ce sera d'abord la stimulation de l'innovation. Le renforcement du crédit d’impôt recherche constitue une amplification considérable du soutien à l’effort de recherche et développement des entreprises et un renforcement très net de l’attractivité du territoire français pour les entreprises innovantes. Cette augmentation permet en outre d’éviter certains travers des aides directes : l’aide est mieux répartie entre les différents secteurs économiques. Pour éviter l’empilement des dispositifs, les aides directes aux entreprises sont désormais concentrées sur les entreprises de moins de 5 000 salariés. Cette règle sera appliquée avec souplesse, en préservant les incitations à participer aux pôles de compétitivité et les grands projets stratégiques, comme Crolles et Eurêka. Il faut ensuite mieux adapter la formation aux besoins de l'économie. À cette fin, je souhaite faciliter l’accès à une formation de qualité pour les salariés peu qualifiés, les salariés des petites entreprises, les seniors et les demandeurs d’emploi. Je veux aussi améliorer l’efficacité du système, ce qui suppose notamment d’optimiser la collecte des fonds, d’assurer leur bonne utilisation et d’améliorer le fonctionnement du marché de la formation professionnelle. Enfin, il faut mieux coordonner les différents intervenants que sont les conseils régionaux, l’État, les partenaires sociaux et le service public de l’emploi. Troisième mission : l'amélioration du service public de l'emploi. La fusion Anpe/Assedic permettra d’augmenter le nombre d’agents effectivement en contact avec les demandeurs d’emploi, de rationaliser et de simplifier les multiples prestations et aides fournies aux demandeurs d’emploi et aux employeurs. Elle devra pleinement faire jouer les synergies existant entre les deux réseaux, que ce soit en matière de métiers, d’informatique et d’implantations. À terme, un meilleur service, plus personnalisé et au meilleur coût, doit pouvoir être rendu au demandeur d’emploi. Un effort particulier devra être fait en direction des titulaires de minima sociaux.

Quel est aujourd'hui le chantier prioritaire de réorganisation de votre administration ?

Il y en a plusieurs. En région, il s'agit de la fusion des six entités régionales du ministère au contact des entreprises et des demandeurs d’emploi en une unique direction nommée la DIREECT : direction régionale des entreprises, de l’emploi, de la consommation et du travail. Les entreprises, les salariés et les demandeurs d’emploi auront désormais un interlocuteur prenant en compte toutes les dimensions de leur activité. À Paris, le chantier majeur consiste en la création d’une direction générale chargée des entreprises, des services, du tourisme, du commerce et de l’artisanat, fusionnant trois structures existantes (direction générale des entreprises, direction du commerce et de l’artisanat, direction du tourisme). Le lien avec la délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle sera étroit. À l'étranger, enfin, le transfert progressif à Ubifrance des fonctions commerciales aujourd’hui dévolues au réseau international des missions économiques, avec l’objectif d’améliorer le service rendu aux entreprises, notamment aux PME.

Certaines activités de votre ministère ont-elles vocation à être externalisées demain ? Pourquoi ?

Le ministère renforcera le rôle de ses deux opérateurs : Oseo et l’opérateur fusionnant Anpe et Assedic, qui auront en charge la mise en œuvre opérationnelle des politiques. L’État définira la stratégie.

Ne pas remplacer un retraité sur deux, est-ce possible dans votre ministère ?

Oui, c’est possible, dès 2009.

Comment motivez-vous les agents autour de la réforme de votre ministère ?

La formation est mobilisée pour permettre à chacun de multiplier les opportunités dans les nouvelles structures : promotion de la formation tout au long de la carrière, mesure et amélioration de la performance du dispositif de formation. De plus, une attention particulière sera portée aux souhaits de promotion et de mobilité afin que les carrières soient aussi diversifiées au sein des nouvelles structures administratives. Enfin, un intéressement financier collectif existe déjà pour mobiliser tous les agents autour de la culture du résultat et de la notion de réussite des équipes : il sera généralisé.

Propos recueillis par L. F.

 

Ses objectifs

- Stimuler l'innovation via le crédit impôt recherche - Adapter la formation aux besoins de l'économie en optimisant la collecte et l'utilisation des fonds - Améliorer le service public de l'emploi en augmentant le nombre d'agents en contact avec les demandeurs d'emploi et en rationalisant la distribution des aides