Quantcast

Nominations France

THEMES



Olivier Dussopt recrute en interne un nouveau chef de cabinet

Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, Olivier Dussopt, a choisi de nommer au poste de chef de cabinet et conseiller en charge des relations avec le Parlement, de la communication et de la presse, son actuel conseiller chargé de la fonction publique territoriale et des relations avec les élus et le Parlement, à savoir Christophe Guérin-Linxe. Ceci en remplacement de Philippe Blanchot, qui rejoint pour sa part la direction des relations institutionnelles de la Caisse des dépôts. Précisons que le titre et les attributions de Christophe Guérin-Linxe diffèrent légèrement de ceux de son prédécesseur, puisque Philippe Blanchot était chargé des sujets “politique et communication”. Âgé de 40 ans et titulaire d’une licence professionnelle de droit et d’économie rurale, le nouveau chef de cabinet était conseiller d’Olivier Dussopt depuis novembre dernier. Il avait, juste avant, exercé des fonctions de conseiller technique à partir de 2014, au cabinet du président du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), François Deluga. Christophe Guérin-Linxe a aussi, et entre autres, collaboré à deux reprises avec Alain Vidalies : d’abord en tant qu’attaché parlementaire, entre 2005 et 2012, lorsque l’ancien ministre était député PS des Landes, et ensuite comme conseiller au ministère délégué auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement, entre 2012 et 2013. Christophe Guérin-Linxe a en outre été conseiller municipal socialiste de la commune de Saint-Pierre-du-Mont, dans les Landes, de 2008 à 2014.

20/02/2018 | NOMINATION FRANCE

Nouvelles nominations au cabinet de Françoise Nyssen

Après la nomination de Pierre-Emmanuel Lecerf en tant que directeur adjoint de cabinet et celle de Leïla Derouich en tant que conseillère [lire notre article sur le sujet], la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a poursuivi, ce 20 février, la réorganisation de son cabinet. Ainsi, Pierrick Perrot, jusque-là conseiller parlementaire au cabinet du secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement, Christophe Castaner, travaille désormais à ses côtés en tant que chef adjoint de cabinet et conseiller parlementaire, en remplacement d’Ambre Cerny, partie début février pour rejoindre l’ONG Techfugees [lire notre article sur le sujet]. Angélique Delorme, pour sa part, est nommée conseillère en charge des questions européennes et internationales, de la francophonie et du patrimoine, en remplacement de Frédérique Gérardin, qui a quitté ses fonctions. Âgé de 37 ans, Pierrick Perrot avait rejoint le cabinet de Christophe Castaner en juin dernier. Diplômé de l’IEP de Lyon et titulaire de deux masters (“vie parlementaire et relations institutionnelles” et “communication politique locale”), le nouveau chef adjoint de cabinet a notamment été conseiller parlementaire auprès de Jean-Marie Le Guen, puis d’André Vallini au secrétariat d’État chargé des Relations avec le Parlement, entre 2014 et mai dernier.  Avant cela, et à partir de 2008, il avait travaillé auprès de Martine Lignières-Cassou en tant que conseiller et chef de cabinet à la mairie de Pau, ainsi qu’à la présidence de la communauté d’agglomération paloise. Pierrick Perrot a en outre été, en début de carrière, collaborateur parlementaire à plusieurs reprises, de 2003 à 2008, pour 3 anciens députés PS, à savoir : Martine Lignières-Cassou (Pyrénées-Atlantiques), Jean-Pierre Blazy (Val-d’Oise) et Marc Goua (Maine-et-Loire). Angélique Delorme, quant à elle, est une ancienne élève de l’École nationale d’administration (promotion Marie Curie, 2012). Elle est maître des requêtes au Conseil d’État depuis 2016.

20/02/2018 | NOMINATION FRANCE

L’Agence de financement des infrastructures de transport en passe d’avoir un nouveau président

Après le départ de Philippe Duron, atteint par la limite d’âge, et après l’intérim assuré par le directeur général des infrastructures, des transports et de la mer (DGITM), François Poupard, depuis l’été dernier, l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (Afitf) devrait enfin avoir un nouveau président. Selon une information du quotidien en ligne Contexte, confirmée par plusieurs sources à Acteurs publics, c’est en effet le maire d’Angers, Christophe Béchu (ex-LR), tout juste nommé en tant qu’administrateur au conseil d’administration de l’agence, qui devrait prendre la relève. Son nom devrait en effet être proposé lors du conseil d’administration de l’Afitf du 28 février prochain. Cette nomination s’était fait attendre, selon l’ancien parlementaire Philippe Duron, interrogé par Acteurs publics, car “il a été difficile de trouver un président. Et pour cause, un des pressentis, à savoir Gilles Savary, a été contacté tardivement. Résultat, entretemps, il avait pris des fonctions incompatibles avec le mandat [l’ancien parlementaire socialiste est, depuis novembre dernier, conseiller spécial au sein de l’agence de conseil Euros/Agency, ndlr]. Le gouvernement aurait aussi voulu trouver une femme pour assurer la fonction, mais il n’y en a pas beaucoup dans le monde du transport. Et la maire de Nemours [Valérie Lacroute, ndlr], qui aurait pu prendre la fonction, a conservé son mandat de députée [LR de Seine-et-Marne]. Or il n’est plus possible de cumuler la fonction de parlementaire avec celle de président de l’Afitf”. Âgé de 43 ans, Christophe Béchu est maire d’Angers et président de la communauté urbaine Angers Loire Métropole depuis 2014. Il est diplômé de l’IEP de Paris, titulaire d’un DEA de droit public et d’un DESS de droit des interventions sanitaires et sociales dans les collectivités territoriales. Ancien député au Parlement européen de 2009 à 2011, président (UMP) du conseil général du Maine-et-Loire de 2004 à 2014 et sénateur (LR) du Maine-et-Loire de 2011 à 2017, il avait quitté le parti Les Républicains en décembre dernier.

20/02/2018 | NOMINATION FRANCE

Un ancien sénateur nommé à l’Hadopi

La Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi), chargée de lutter contre le piratage, voit ses membres renouvelés. Louis de Broissia, ancien sénateur UMP de la Côte-d’Or, a ainsi été nommé par le président du Sénat, Gérard Larcher. Il remplace l’ancien député Didier Mathus (PS), dont le mandat était arrivé à terme. Âgé de 74 ans, Louis de Broissia a été choisi pour siéger parmi les 9 membres de l’autorité en raison de “sa grande connaissance du secteur de la communication audiovisuelle et du numérique”, selon le communiqué de la Chambre haute. Membre du comité d’éthique du groupe M6 depuis 2017, il a été administrateur de La Chaîne parlementaire du Sénat ainsi qu’ambassadeur chargé de l’audiovisuel extérieur de 2009 à 2014. Président du groupement d’intérêt public France TéléNumérique de 2009 à 2012, il avait notamment supervisé le passage à la TNT.    Depuis le 7 janvier 2018, Denis Rapone est chargé d’exercer l’intérim de la présidence de l’autorité administrative après le départ de Christian Phéline, arrivé au terme de son mandat. Une fois que les deux autres membres de l’Hadopi restant à designer (par le Premier président de la Cour des comptes et le président du Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique) auront été nommés, le collège sera chargé d’élire son nouveau président.

20/02/2018 | NOMINATION FRANCE

Philippe Blanchot rejoint une institution financière

Chef de cabinet et conseiller du secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, Olivier Dussopt, Philippe Blanchot a rejoint la Caisse des dépôts et consignations en tant que directeur des relations institutionnelles au sein de la direction des relations institutionnelles, internationales et européennes de l’institution. Il remplace ainsi Brigitte Laurent, directrice de cabinet du directeur général de la Caisse des Dépôts, Éric Lombard, qui occupait, depuis l’année dernière, les deux fonctions. Âgé de 36 ans et diplômé l’institut d’études politiques de Paris, Philippe Blanchot débute sa carrière comme attaché parlementaire, entre 2006 et 2012, pour les sénateurs Bariza Khiari (PS, Paris, en fonction jusqu’en juin dernier), Françoise Cartron (PS, Gironde) et Alain Anziani (PS, Gironde, qui a démissionné de son mandat en octobre dernier), ainsi que pour Henri Weber, député au Parlement européen jusqu’en 2014. Il collabore ensuite pendant quatre ans avec Manuel Valls, de 2012 à 2014, d’abord en tant qu’attaché parlementaire à son cabinet du ministère de l’Intérieur, puis comme conseiller parlementaire adjoint à Matignon. Devenu, entre 2016 et mai dernier, directeur de cabinet de Jean-Marie Le Guen au secrétariat d’État chargé des Relations avec le Parlement, puis à celui chargé du Développement et de la Francophonie, il était devenu chef de cabinet d’Olivier Dussopt en novembre dernier.

20/02/2018 | NOMINATION FRANCE

Alain Duran missionné sur l’éducation en zones rurales et montagneuses

Le sénateur PS de l’Ariège (en Occitanie) Alain Duran a été chargé pour la seconde fois de mener une mission temporaire sur le service public de l’éducation dans les territoires ruraux et de montage. La première, datant de 2016, avait pour objet de développer les “conventions ruralité” signées entre le ministère de l’Éducation nationale et les élus dans le but de regrouper les écoles dans les zones rurales et montagneuses. Rappelons que dans le cadre des conventions ruralité, les maires s’engagent à réorganiser leurs établissements scolaires en échange du maintien de postes d’enseignants pendant trois ans. D’après la lettre de mission rédigée par le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Banquer, qu’Acteurs publics s’est procurée, le sénateur est à nouveau missionné, cette fois pour “amplifier le dispositif sur l’ensemble des territoires pouvant y prétendre d’ici la fin de l’année 2018” et “tirer les enseignements des retours d’expériences des conventions pionnières”. Alain Duran devra rendre son rapport d’ici la fin de l’année scolaire 2017-2018. Âgé de 60 ans, Alain Duran est professeur des écoles de profession, a été maire (PS) d’Arnave, dans l’Ariège, de 1983 à 2017 et président de la communauté de communes du Pays de Tarascon de 2001 à octobre dernier. Conseiller général de l’Ariège jusqu’en 2015, il a été vice-président du conseil général à partir de 2008 et jusqu’en 2011. En 2014, il est élu sénateur du territoire. 

20/02/2018 | NOMINATION FRANCE

Les députés Saïd Ahamada et Mathilde Panot désignés coprésidents d’un groupe d’études

Les députés Saïd Ahamada (LREM, Bouches-du-Rhône) et Mathilde Panot (La France insoumise, Val-de-Marne) sont désormais les coprésidents du groupe d’études “Villes et banlieues” de l’Assemblée nationale. Selon le cabinet de Saïd Ahamada, contacté par Acteurs publics, ce groupe s’intéressera tout particulièrement aux sujets liés à la “politique de la ville, en lien avec la mission de Jean-Louis Borloo sur le sujet [lire notre article sur le sujet], la police de sécurité du quotidien, notamment dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), ainsi qu’au dédoublement des classes de CP et CE1 en REP et REP + [réseaux d’éducation prioritaires et réseaux d’éducation prioritaires renforcés]”. Âgé de 45 ans, Saïd Ahamada est député LREM des Bouches-du-Rhône depuis juin dernier. Titulaire d’un DEA en banque et finance, il a notamment été chargé de développement territorial à la Caisse des dépôts, de 2013 à 2014, et directeur général adjoint des services de la ville d’Avignon, dans le Vaucluse, de 2015 à 2017. Il a en outre été adjoint à la mairie des 15e et 16e arrondissements de Marseille (Bouches-du-Rhône) de 2014 à juillet dernier. Mathilde Panot, 29 ans, est diplômée de l’IEP de Paris. Coordinatrice de projets associatifs de profession, elle est députée de La France insoumise également depuis juin dernier.

20/02/2018 | NOMINATION FRANCE

L’Office de développement de l’économie agricole d’outre-mer a un nouveau président

L’Office de développement de l’économie agricole d’outre-mer (Odeadom) a désormais comme nouveau président, l’agriculteur et président de la chambre d’agriculture de la Martinique, Louis-Daniel Bertome. Il remplace ainsi Omar Boitcha, président de l’Association des cultivateurs d’ylang-ylang (un arbre cultivé pour ses fleurs, utilisées pour la production de parfums et d’huiles essentielles) de Mayotte. Rappelons que l’Odeadom, créé en 1984, est un établissement public dédié à l’accompagnement du monde agricole ultramarin. Il est chargé “d’œuvrer au développement durable de l’économie agricole“ sur ces territoires caractérisés par une production agricole et agroalimentaire spécifique. En raison de l’éloignement géographique de ces régions de la métropole et de l’Union européenne, l’office a également la charge de renforcer le lien entre les professionnels et l’administration. Son président est nécessairement un professionnel agricole d’outre-mer. Agriculteur en Martinique depuis 1981, Louis-Daniel Bertome, 61 ans, a notamment été animateur et trésorier au Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC) de 1979 à 1981, et secrétaire général, puis président du Centre départemental des jeunes agriculteurs (CDJA) de la Martinique entre 1981 et 1987. Entre 1998 et 2007, il est notamment administrateur national de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA). En 1998, il entre à la chambre d’agriculture de Martinique et devient tour à tour secrétaire général, puis premier vice-président et enfin président depuis 2007.

20/02/2018 | NOMINATION FRANCE