Quantcast

Le mari de Florence Parly prend ses distances avec les industries de défense

27 juin 2017, PAR Pierre Laberrondo
  • 02
    MIN
  • 0

VILLARD/SIPA

Pour éviter une situation de conflit d’intérêts avec son épouse, la ministre des Armées, Martin Vial, directeur général de l’Agence des participations de l’État, s’est déporté de tous les sujets concernant les entreprises de la défense du portefeuille de cette agence, a indiqué le ministère des Armées.


L’époux de la nouvelle ministre des Armées, Florence Parly, par ailleurs patron de l’Agence des participations de l’État (APE), Martin Vial, a mis entre parenthèses toutes ses responsabilités liées aux industries de défense, a-t-on annoncé lundi dans l’entourage de la ministre. “Martin Vial s’est déporté de tous les sujets concernant les entreprises de la défense du portefeuille de l’Agence des participations de l’État”, a-t-on ainsi indiqué au ministère des Armées.

Il s’engage ainsi à ne plus prendre de décision directe sur ces sujets, qui relèveront désormais du directeur général adjoint de l’APE. Cette agence est chargée de gérer le patrimoine de l’État actionnaire dans différentes industries et services. Dans les secteurs liés à la défense, elle gère notamment des participations chez Safran (14 %), Thales (26 %) et Airbus (11 %), selon un relevé en date du 6 juin sur le site du ministère de l’Économie. Martin Vial sera également remplacé au sein du conseil d’administration du groupe Thales – très présent dans le secteur de la défense, notamment en matière de réseaux de communication militaires – où il représentait l’État, a-t-on précisé dans l’entourage de la ministre.

La ministre renonce à certains mandats

Florence Parly a renoncé de son côté à ses mandats au sein des conseils d’administration du groupe de conseil en technologies Altran, du fabricant de terminaux de paiement Ingenico et de l’équipementier aéronautique Zodiac Aerospace. “Pleinement consciente des responsabilités qui sont désormais les siennes depuis sa nomination en tant que ministre des Armées, elle a décidé de démissionner des instances en question. Il s’agit là d’une évidence au regard de ses nouvelles fonctions”, a-t-on souligné de même source.

Toutes les activités de la ministre seront par ailleurs détaillées dans sa déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Florence Parly, qui a succédé le 21 juin à Sylvie Goulard à la tête du ministère des Armées, est une ancienne secrétaire d’État au Budget (2000-2002), qui a ensuite fait carrière au sein du groupe Air France et à la SNCF, où elle dirigeait depuis un peu plus d’un an la division SNCF Voyageurs.

Dans le même esprit, le 30 mai, le gouvernement avait décidé que l’Inserm, dirigé par Yves Lévy, l’époux de la nouvelle ministre de la Santé, Agnès Buzyn, dépendrait de Matignon et non plus de la Santé afin d’éviter tout conflit d’intérêts, en vertu d’un décret paru au Journal officiel. L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) est un organisme public habituellement placé sous la double tutelle des ministères de la Recherche et de la Santé.