Quantcast

Matthieu Angotti et Aurore Bergé vont coprésider un groupe de travail sur l’accès aux droits

5 déc. 2017, PAR Wassinia Zirar
  • 03
    MIN
  • 0

Matthieu Angotti


Dans le cadre du lancement, en octobre, d’une grande concertation sur la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes, animée par un délégué interministériel, Olivier Noblecourt – rattaché au ministère des Solidarités –, 6 groupes de travail thématiques vont plancher concrètement sur le sujet, a annoncé la ministre des Solidarités et da la Santé, Agnès Buzyn, ce lundi 4 décembre.

Focus sur le groupe de travail “Accès aux droits et aux services, lutte contre le non-recours”, coprésidé par Matthieu Angotti (photo), directeur général du centre communal d’action sociale de Grenoble, et Aurore Bergé, députée La République en marche (LREM) des Yvelines.

Dans la feuille de route que leur a adressée la ministre des Solidarités, il est indiqué que Matthieu Angotti et Aurore Bergé devront cibler les priorités pour l’accès aux droits et aux services et la lutte contre le non-recours. Pour cela, ils devront : déterminer comment accroître la lutte contre le non-recours aux droits ; améliorer le repérage et l’accompagnement des personnes qui basculent dans la pauvreté en rénovant le métier du travail social ; assurer une participation accrue des usagers dans l’accompagnement. Leurs travaux doivent aboutir à la mi-mars 2018 à la production d’un document de synthèse d’une quinzaine de pages contenant des propositions concrètes d’actions ou d’évolutions à conduire, document qui sera rendu public.

Directeur général du centre communal d’action sociale (CCAS) de Grenoble (Isère) depuis 2014, Matthieu Angotti était conseiller technique chargé de la lutte contre la pauvreté, de l’inclusion sociale et de l’intégration au cabinet du Premier ministre Jean-Marc Ayrault entre 2012 et 2014. Auparavant, cet ancien élève de HEC Paris, également titulaire d’un master 2 de recherche de politiques économiques et sociales, a été le vice-président, fondateur de l’association À suivre, au Sénégal, en 2003-2004, avant d’exercer comme rédacteur en chef d’un guide de la vie étudiante au cabinet SMBG l’année suivante (2004-2005).

Directeur du département “Évaluation des politiques sociales” au Centre de recherche et d’étude pour l’observation des conditions de vie (Credoc) entre 2006 et 2010, Matthieu Angotti était le directeur général de la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (Fnars) de 2010 à 2012.

Âgée de 30 ans, députée LREM des Yvelines depuis juin dernier, Aurore Bergé avait raflé la 10e circonscription du département francilien au chrétien-démocrate – et ex-candidat à la primaire de la droite et du centre – Jean-Frédéric Poisson. Cette diplômée de Sciences Po Paris, ex-salariée d’une agence de communication, a longtemps été engagée à l’UMP, puis chez Les Républicains, avant de rallier En marche !

Soutien actif de Valérie Pécresse pour la présidence de la région Île-de-France en 2010, Aurore Bergé avait fait campagne pour Nicolas Sarkozy pour l’élection présidentielle de 2012. La même année, elle soutient François Fillon à la présidence de l’UMP, avant de devenir conseillère politique à l’UMP sous la présidence de son rival, Jean-François Copé. En 2014, lors de l’élection interne pour la présidence du parti, Aurore Bergé choisit, à nouveau, de soutenir à Nicolas Sarkozy.

À l’automne 2016, en vue de la primaire de la droite et du centre pour désigner leur candidat à l’élection présidentielle de mai 2017, elle mise sur Alain Juppé, puis elle rejoint Emmanuel Macron au début de l’année 2017 et le soutient pour la campagne de l’élection présidentielle de mai dernier.