Quantcast

Un directeur d’hôpital va diriger le cabinet d’Agnès Buzyn

18 déc. 2017, PAR Shahinez Benabed
  • 02
    MIN
  • 0

GIRCI SOOM (capture d'écran)

Le nouveau directeur de cabinet, qui a déjà officié pour le gouvernement lors du précédent quinquennat, devrait prendre ses nouvelles fonctions au 2 janvier prochain.


La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, s’apprête à changer de directeur de cabinet. En remplacement de Gilles de Margerie, ancien directeur général adjoint du groupe de protection sociale Humanis, qui occupait cette fonction depuis juin dernier, Raymond Le Moign, directeur général du CHU de Toulouse, devrait être nommé prochainement, selon une information de l’Agence de presse médicale (APM), confirmée à l’AFP vendredi 15 décembre par le ministère. Sa prise de fonction, quant à elle, devrait intervenir le 2 janvier prochain, toujours selon l’APM. 

À la tête du centre hospitalier universitaire de Toulouse depuis février 2016, ce haut fonctionnaire, né en 1969, a déjà officié pour le gouvernement lors du précédent quinquennat, de décembre 2013 à février 2016, comme directeur adjoint en charge de la santé au cabinet de la ministre de la Santé de l’époque, Marisol Touraine. 

Avant cela, Raymond Le Moign avait travaillé pendant plus de deux ans à la direction générale de l’offre de soins (DGOS) de 2011 à 2013, après avoir passé près de quatre ans à la Haute Autorité de santé (HAS), à partir de 2007, à des postes de direction. 

Diplômé de l’institut d’études politiques (IEP) d’Aix-en-Provence, ancien élève de l’École nationale de santé publique (ENSP, aujourd’hui École des hautes études en santé publique, EHESP), il a débuté sa carrière hospitalière au CHR d’Orléans en 1994, au poste de directeur adjoint en charge des affaires médicales, des affaires générales et du contentieux, avant de rejoindre le CHU de Nantes de 1996 à 2004, à divers postes de directeur adjoint.

Raymond Le Moign a par la suite été directeur général adjoint du centre de lutte contre le cancer René Gauducheau, toujours à Nantes, et vice-président de la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer (FNCLCC, devenue Unicancer), jusqu’en 2007.

Avec AFP