Quantcast

Le gouvernement veut aider les fonctionnaires d’outre-mer à rentrer au bercail

12 mars 2018, PAR Shahinez Benabed
  • 03
    MIN
  • 0

Vue aérienne du département de la Guyane - MEIGNEUX/SIPA

Le Premier ministre, Édouard Philippe, vient de confier au député LREM de Guadeloupe Olivier Serva une mission temporaire sur les mobilités et carrières des fonctionnaires ultramarins. Objectifs : favoriser le recrutement et la fidélisation des agents, améliorer le déroulement des carrières et amplifier le retour des fonctionnaires d’outre-mer qui le souhaitent dans leur territoire d’origine.


Alors que la loi relative à l’égalité réelle en outre-mer a soufflé recemment sa première bougie, le Premier ministre, Édouard Philippe, vient de confier au député LREM de Guadeloupe Olivier Serva une mission temporaire portant sur l’une des thématiques abordées dans le texte, à savoir la question des mobilités et des carrières des 163 000 fonctionnaires en poste dans les territoires ultramarins.

L’objectif, pour le Premier ministre, est notamment de revenir sur une politique engagée depuis plusieurs années et demandée de longue date par les fonctionnaires concernés : celle de faciliter le retour des agents d’outre-mer qui le souhaitent dans leur territoire d’origine. Alors que la loi “Égalité réelle en outre-mer” a renforcé cette possibilité, en faisant des centres d’intérêts matériels et moraux (CIMM)* une priorité légale d’affectation pour les fonctionnaires de l’État, Olivier Serva est invité, d’ici la fin du mois de mai, à “faire un point” sur ce dispositif, à en “identifier les difficultés”, demande Matignon, et à formuler “toute proposition utile” en vue d’en “accroître l’efficacité”, indique en outre la lettre de mission.

Valoriser l’expérience des ultramarins

Le député LREM devra en outre, dans le laps de temps imparti, analyser les causes d’une difficulté qui touche particulièrement certains territoires d’outre-mer, celle de  “recruter ou fidéliser les agents dans de nombreux métiers de la fonction publique”, notamment dans les postes d’encadrement ou à forte technicité, alors que les ultramarins sont encore sous-représentés dans la fonction publique, notamment dans les catégories A et A +. Dans ce sens, le parlementaire devra, entre autres, examiner “les moyens de valoriser l’expérience professionnelle acquise en outre-mer pour une évolution de carrière ultérieure selon les différents corps et périmètres ministériels”, toujours selon le document.

Enfin, Édouard Philippe souhaite que la mission soit également l’occasion d’examiner “les conditions permettant d’améliorer le déroulement de carrière des fonctionnaires ultramarins” servant en outre-mer. Cela en s’intéressant tout particulièrement à la déconcentration des modaltiés de recrutement (en examinant par exemple “l’opportunité d’élargir le recours à des concours nationaux à affectation locale”), mais aussi aux moyens d’accroître la mobilité des agents, sur un même territoire, entre les différents services et les trois fonctions publiques, ainsi qu’au développement de la formation continue et de la formation professionnelle.

* Par exemple le fait d’avoir de la famille dans un territoire donné.

Olivier Serva, un parcours ultramarin
Âgé de 43 ans, Olivier Serva est député LREM depuis juin dernier. Titulaire d’un diplôme d’études supérieures comptable et financières (DESCF) et agrégé d’économie et de gestion, il est expert comptable de profession. Conseiller municipal des Abymes, en Guadeloupe, de 2014 à juillet dernier, il a également été vice-président du conseil régional de la Guadeloupe de 2015 à juillet dernier. Il est en outre, dans le cadre de ses fonctions au Parlement, président de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale.