Quantcast

L’Italie dans la tourmente après des fuites sur le futur contrat de gouvernement

16 mai 2018, PAR Acteurs Publics
  • 02
    MIN
  • 0

Matteo Salvini, leader de la Ligue, le 15 mai 2018, à la sortie des consultations avec le président de la République italienne - Morandi/Tre / IPA/SIPA

Alors que les deux partis majoritaires, la Ligue et le M5S, négocient toujours vue de former le premier exécutif antisystème de l’histoire italienne, la publication par le Huffington Post d’un projet de “contrat de gouvernement de changement” a fait l’effet d’une bombe.


Sortie de l’euro, renégociation des traités européens, annulation de 250 milliards d’euros de dette… Une ébauche de “contrat de gouvernement” en Italie entre la Ligue (extrême droite) et le M5S (populiste), publiée par le Huffington Post, suscite une vague d’inquiétude, même si les deux partis assurent que le document n’a rien de définitif.

Confirmée à l’AFP par une source proche du M5S, cette “ébauche” datant du lundi 14 mai est toutefois “dépassée” et a été “amplement modifiée”, ont rapidement réagi dans un communiqué les deux formations sorties vainqueures des élections législatives du 4 mars. Le scrutin n’a toutefois pas permis à chacune d’elles d’obtenir seule une majorité au Parlement, les obligeant à s’allier pour accéder au pouvoir.

Parmi les nombreuses mesures énumérées dans le document, long de 39 pages, figure l’introduction de mesures “techniques de nature économique et juridique qui permettent aux États membres de sortir de l’Union monétaire, et donc de retrouver leur souveraineté monétaire”

Immigration et politique européenne

Un passage évoque aussi la possibilité de demander à la Banque centrale européenne (BCE), dirigée par l’Italien Mario Draghi, d’annuler quelque 250 milliards d’euros de dette italienne détenus sous forme de titres d’État par l’institution de Francfort.

Aussitôt publié, le document a suscité une avalanche de réactions dans la presse, journalistes et experts critiquant en particulier sa “naïveté”. Les marchés financiers n’ont pas apprécié non plus : la Bourse de Milan était en recul mercredi 16 mai…

Mardi 15 mai, les chefs de file des deux partis, Matteo Salvini (Ligue) et Luigi Di Maio (M5S), ont une nouvelle fois annoncé l’imminence d’un accord, promettant d’aller l’exposer aux Italiens dès ce week-end sur des stands installés à travers la péninsule. Les pourparlers, qui avaient semblé sur le point d’aboutir lundi, ont dû être prolongés quand Matteo Salvini a posé ses conditions en matière de lutte contre l’immigration ou de politique européenne. 

(avec AFP)