Quantcast

Le directeur général des entreprises désormais aux manettes de l’intelligence économique

12 juil. 2018, PAR Shahinez Benabed
  • 03
    MIN
  • 0


Une nouvelle étape pour l’intelligence économique a été franchie le 6 juillet. À cette date, Thomas Courbe, directeur général adjoint et directeur des relations internationales de la direction générale (DG) du Trésor à Bercy depuis 2015, a été nommé à la fois directeur général des entreprises (DGE) et commissaire à l’information stratégique et à la sécurité économique (Cisse). Il remplace ainsi Pascal Faure à la DGE, et reprend le poste de commissaire laissé vacant depuis janvier à la suite du départ de Jean-Baptiste Carpentier [lire notre article sur le sujet]. Les deux casquettes étaient jusque-là portées par deux hauts fonctionnaires différents, même si le commissaire s’appuyait dans les faits, depuis 2016, sur un service à compétence nationale déjà rattaché à la DGE, dont il était chef de service.

Rappelons que la fonction de commissaire, à vocation interministérielle, avait fait l’objet, depuis sa création sous un autre nom, en 2003, de multiples évolutions administratives et avait notamment été rattachée, sous différentes appellations, à Matignon et à l’Élysée, avant d’entrer dans le giron de Bercy.

Avec son nouveau poste, Thomas Courbe aura à la fois pour mission, en tant que DGE, de mettre en œuvre et d’élaborer les politiques publiques relatives à l’industrie, à l’économie numérique, au tourisme, etc., et en tant que Cisse, de veiller à la défense des entreprises françaises jugées stratégiques. Cela notamment en anticipant les menaces qui pourraient peser sur elles, en lien avec le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDN).

Fin des “doublons”

Cette décision de fusion des deux fonctions n’allait pourtant pas de soi aux yeux de certains, même si une “première étape d’intégration avait déjà été initiée par Emmanuel Macron”, lorsque celui-ci était ministre de l’Économie sous l’ère Hollande, indique une source proche du dossier. En effet, comme l’ont souligné plusieurs médias, notamment nos confrères de Challenges, les services du renseignement considéraient que les questions abordées par le Cisse, relevant de sujets tels que l’espionnage industriel, étaient plus de leur ressort.

Mais pour le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, qui avait annoncé sa volonté de réunir les deux fonctions lors d’une audition à l’Assemblée nationale le 12 avril dernier, la séparation” n’était pas très efficace” et conduisait à des doublons”. Cela empêchait même, selon lui, une plus grande réactivité” et créait un échelon supplémentaire dans la chaîne hiérarchique entre le Cisse, le DGE et le ministre lui-même”.

Habitué de la DG Trésor

C’est donc finalement la voix de Bercy qui a su s’imposer. Et c’est un habitué de la DG Trésor qui a été nommé en tant que DGE-Cisse. Âgé de 45 ans, Thomas Courbe a en effet occupé plusieurs postes au sein de cette direction générale stratégique. Outre son dernier poste de numéro deux, occupé à partir de 2015, celui-ci y a été notamment : chef de bureaux de 2004 à 2009 ; chargé des sous-directions “Europe, Afrique et Moyen-Orient” et “Amériques et Asie” en 2009 ; sous-directeur des relations économiques bilatérales jusqu’en 2010 ; et chef de service, secrétaire général, de 2012 à 2015.

Diplômé de l’École nationale supérieure de l’aéronautique et de l’espace, cet ingénieur en chef de l’armement a en outre été, notamment, directeur de cabinet de Pierre Lellouche au secrétariat d’État au Commerce extérieur, de 2010 à 2012, et directeur adjoint du cabinet Christine Lagarde et de François Baroin au ministère de l’Économie, sur la même période.