Quantcast

Des parlementaires proposent de rendre l’armement de la police municipale obligatoire

11 sept. 2018, PAR Acteurs Publics
  • 03
    MIN
  • 0

SIPA IMAGE

Selon des chiffres de 2016, 84 % des effectifs de la police municipale étaient déjà équipés d’une arme, quelle que soit la catégorie – de la bombe lacrymogène au calibre 38 –, selon un rapport remis à Matignon. Parmi eux, 9 434 policiers municipaux, soit 44 % des effectifs, étaient dotés d’une arme à feu. 


Rendre l’armement des policiers municipaux obligatoire, “sauf décision motivée du maire”, ce qui représenterait un renversement de la règle actuellement en vigueur mais pas une révolution des usages : telle est la mesure préconisée par un rapport parlementaire remis le 11 septembre au Premier ministre, Édouard Philippe.

Piloté par les députés LREM Jean-Michel Fauvergue (Seine-et-Marne) et Alice Thourot (Drôme), ledit rapport, que l’AFP a pu consulter, comporte 78 propositions pour favoriser la “coproduction de sécurité” entre police et gendarmerie nationales, polices municipales et acteurs de la sécurité privée, sur fond de mise en œuvre de la police de sécurité du quotidien (PSQ) et de menace terroriste persistante.

Avec un objectif affiché de recentrage des policiers et gendarmes sur leur cœur de métier et sur fond de menace terroriste persistante, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, avait en mandatant, en février, la mission parlementaire, émis le souhait d’entrer dans “une nouvelle ère pour la sécurité globale”.

Déjà dans les usages

L’obligation d’armer les policiers municipaux constitue l’une des propositions les plus saillantes de ce document même si, dédramatisent les deux rapporteurs, l’armement des policiers municipaux, longtemps objet de polémique, “entre progressivement dans les usages”. Les députés souhaitent en outre faciliter l’équipement des agents de sécurité privée en Taser.

Selon des données de 2016 du rapport, 84 % des effectifs de police municipale (18 044 personnes) étaient déjà équipés d’une arme, quelle que soit la catégorie, de la bombe lacrymogène au calibre 38. 9 434 policiers étaient dotés d’une arme à feu (44 % des effectifs) et 1 804 d’un pistolet à impulsion électrique (Taser). “Il ne s’agira pas nécessairement d’imposer l’armement permanent de tous mais bien d’acter le fait que tous peuvent être en situation de l’être”, écrivent les deux députés LREM.

Parmi d’autres mesures visant à conforter la place des polices municipales dans le paysage sécuritaire français, les députés listent le développement de polices municipales intercommunales, la création d’une école nationale, mais aussi la possibilité de consulter directement, mais sous conditions, certains fichiers de police, y compris le fichier des objets et des véhicules signalés (FOVeS) et le fichier des personnes recherchées (FPR). En mai, le gouvernement avait donné son feu vert à l’accès des policiers municipaux et des gardes champêtres aux fichiers des immatriculations et des permis de conduire.

Confier plus de missions au privé

La mission parlementaire s’est également penchée sur “les mondes” de la sécurité privée (160 000 personnes), “un partenaire incontournable”, mais aussi un secteur “éclaté” avec de “grandes fragilités”, comme l’avait d’ailleurs souligné un récent rapport au vitriol de la Cour des comptes.

Pour lutter contre les abus, le rapport préconise un “encadrement strict des règles de sous-traitance” et “l’introduction d’une responsabilité solidaire pour les donneurs d’ordre”. Il propose aussi de confier ou d’élargir à des sociétés privées des missions actuellement confiées aux forces de sécurité de l’État : gardes statiques, transfert de détenus hospitalisés non dangereux, protection de personnalités, etc.

Avec AFP