Quantcast

Le renouvellement urbain au cœur des politiques locales

4 sept. 2017, PAR
  • 06
    MIN
Les Journées nationales d’échanges des acteurs du renouvellement urbain (Jéru) ont abordé les enjeux du nouveau programme national qui se déploiera jusqu’en 2030. APTV était partenaire de l’événement.

Dépasser la seule problématique du logement pour embrasser l’ensemble des politiques publiques locales telles que le développement économique, l’emploi, la formation, l’éducation… La transversalité était au cœur des discussions des « Jéru 2017 », les Journées nationales d’échanges des acteurs du renouvellement urbain. Un événement organisé les 5 et 6 juillet à Paris, dans la Grande Halle du parc de la Villette, par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) et dont Acteurs publics TV était partenaire.

L’occasion pour Julien Denormandie, secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires, de confirmer le doublement de la dotation de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine, qui passera de 5 milliards à 10 milliards d’euros. Un engagement d’Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle. « Nous ne serons jugés qu’à l’aune des résultats que nous pourrons avoir », a prévenu Julien Dernormandie, évoquant « une nouvelle méthode partant de la perception qu’ont nos concitoyens des politiques publiques ». Sur le plateau d’Acteurs publics TV, le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, a de son côté décrit « un État stratège qui facilite l’innovation dans les quartiers » et joue un rôle de coordonnateur et de mise en synergie des interventions des acteurs de terrain.

 

Échelle intercommunale

Cette nouvelle approche est au cœur du NPRU, le Nouveau Programme national de renouvellement urbain, qui couvre la période 2014-2030. Élus locaux, partenaires institutionnels, professionnels, start-up, associations, habitants des quartiers : tous les acteurs applaudissent la démarche mais attendent des effets concrets. Certainement le cadre géographique plus large, celui des intercommunalités plutôt que celui des seules communes, permettra-t-il de mieux appréhender l’action à mener. Pour le commissaire général à l’égalité des territoires, Jean-Michel Thornary, il s’agit là d’une échelle optimale « pour traiter les questions de logement, d’emploi et de dynamique économique ».

Ainsi l’État d’un côté, le maire et président d’intercommunalité de l’autre fédèrent-ils au mieux toutes les énergies, souligne le maire d’Orléans et président d’Orléans métropole, Olivier Carré, car ils sont « les deux représentants de l’action républicaine dans les quartiers ». Ils agissent au quotidien, insiste-t-il, tout en inscrivant l’action dans la durée. « Ces projets prennent du temps, relève de son côté le maire de Clichy-sous-Bois et vice-président du Conseil national des villes, Olivier Klein. Il ne faut surtout pas oublier d’envoyer très régulièrement des signaux aux habitants. » L’interaction avec les habitants était l’un des enjeux de ces Jéru 2017. « Nous avons voulu réunir, contribuer à construire et échanger », glisse le directeur général de l’Anru, Nicolas Grivel.

Près de 9 habitants des quartiers rénovés sur 10 satisfaits de vivre dans leur commune, un renforcement de la sécurité, une amélioration des logements, des écoles et des espaces extérieurs : c’est la perception des habitants concernés, selon un sondage BVA réalisé pour l’Anru et présenté pour les Journées. Un satisfecit en forme d’encouragement pour le Nouveau Programme national de renouvellement urbain.

 

Retrouvez sur APTV les interventions de:

Nicolas Grivel, directeur général de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) ; François Pupponi, président de l’Anru jusqu’en juillet ; Olivier Amiel, adjoint au maire de Perpignan, en charge de la politique de la ville ; Olivier Klein, maire de Clichy-sous-Bois, vice-président du Conseil national des villes ; Blanche Guillemot, directrice générale de l’Agence nationale de l’habitat ; Frédéric Paul, délégué général de l’Union sociale de l’habitat ; Michel Le Faou, adjoint au maire de Lyon et vice-président de la métropole de Lyon en charge de l’urbanisme, de l’habitat et du cadre de vie ; Benoît Renard, président de l’association Le Bois de deux mains, lauréat du grand prix « Anru et innovation sociale » ; Adélaïde Zulfikarpasic, directrice de BVA Opinion ; Chantal Talland, directrice de l’École du renouvellement urbain ; Olivier Carré, maire d’Orléans et président d’Orléans métropole ; Gabrielle Gauthey, directrice de la direction des investissements et du développement local à la Caisse des dépôts et consignations ; Julien Denormandie, secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires ; Philippe Rio, maire de Grigny (Essonne) ; Nathalie Appéré, maire de Rennes et présidente de l’Agence nationale de l’habitat ; Jean-Michel Thornary, commissaire général du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) ; Akim Oural, adjoint à la maire de Lille en charge de l’économie numérique ; Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires ; Patrick Braouezec, président de Plaine Commune ; Isabelle Kamil, adjointe à la sous-direction du renouvellement urbain du CGET ; Karima Rochdi, vice-président de la communauté d’agglomération du Grand Besançon ; Sébastien Jallet, commissaire général délégué à l’égalité des territoires, directeur de la ville et de la cohésion urbaine ; Sylvie Durand-Trombetta, secrétaire du Conseil national des villes ; Valérie Lasek, directrice générale d’Epareca ; Laurent Kalinowski, maire de Forbach (Moselle).