Des grandes villes s’associent pour doper l’“open data”

11 oct. 2013, PAR Xavier Sidaner
  • 02
    MIN
  • 0

Une vingtaine de collectivités viennent de se rassembler au sein de l’association Open data France pour développer l’ouverture des données publiques en France. L’objectif : publier le maximum de données sur le même modèle et créer un “Bescherelle de l’open data”.


Une vingtaine de grandes villes et de collectivités à la pointe de l’open data, la mise en ligne gratuite de vastes ensembles de données publiques, se sont regroupées au sein d’une association nationale, le 9 octobre, à Toulouse, baptisée “Open data France”.

Depuis 2010, plusieurs collectivités, dont Toulouse, se sont lancées dans l’ouverture et le partage de données publiques, ainsi mises à disposition du grand public, de chercheurs ou de toute entreprise ou association qui souhaiterait les réutiliser pour en tirer des bénéfices économiques. Ces données portent par exemple sur les subventions, les pistes cyclables ou les manifestations culturelles. Les données personnelles ou de sécurité sont exclues.

Un modèle identique

La “libération” de données a notamment permis à des innovateurs ou des entreprises de développer des applications de services à la personne pour smartphones ou tablettes. Il s’agit en particulier de faire en sorte que chaque membre “libère ses jeux de données” de manière uniforme, explique-t-on à la ville de Toulouse. Où l’on ajoute : “On met en place le Bescherelle de l’open data pour que chacun publie ses données de la même façon”.

Concrètement, une application pour smartphone ou tablette développée à partir des données “libérées” qui était pour l’instant limitée à une ville pourrait désormais être étendue à d’autres collectivités. Open data France (OPF) regroupe des collectivités comme Toulouse, Bordeaux, Rennes et Nantes ainsi que leur communauté urbaine, la ville de Paris ou la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, dans le but de les soutenir dans leur démarche.

Un site Internet accessible sur http://opendatafrance.net/ sera géré collectivement par les membres du groupe OpenDataFrance, collectif rassemblant les institutions ayant ouvert – ou en train d’ouvrir – leurs données publiques.

Les administrateurs seront Claire Gallon, de l’association LiberTic, et membre fondatrice du collectif, ainsi que Jean-Marie Bourgogne, à la tête du collectif et responsable de Montpellier Territoire numérique.

Les 5 grands objectifs d’Open data France
1 - Apporter à ses membres les informations, conseils ou autres soutiens nécessaires à l’ouverture des données publiques
2 - Favoriser les négociations avec l’ensemble des partenaires nationaux ou internationaux, notamment avec les ministères concernés, les instances de régulation et les différents acteurs économiques du secteur
3 - Favoriser les productions communes par des groupes de travail ou ateliers sur des thèmes définis en commun
4 - Représenter ses membres auprès de toute autorité publique et privée dans le but d’assurer la défense des intérêts matériels et moraux de ses membres
5 - Mettre en œuvre tous les autres moyens susceptibles d’être utilisés pour concourir à la réalisation de l’objet de l’association