Quantcast

Thierry Drack rejoint un corps d’inspection

18 mai 2018, PAR Emilie Coste
  • 02
    MIN
  • 0

Changement de poste pour Thierry Drack. Jusqu’ici Premier président de la cour d’appel de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, le conseiller à la Cour de cassation a été nommé inspecteur général de la justice.

Titulaire d’une maîtrise de droit et d’un DEA de droit privé, ce magistrat de 61 ans a démarré comme auditeur de justice en 1984. Devenu juge pour enfants au tribunal de grande instance (TGI) de Rennes un an plus tard, il a ensuite exercé comme juge au TGI de Saint-Pierre, à La Réunion (1988-1990), de Saint-Brieuc, dans les Côtes-d’Armor (1990-1993) et de Saint-Omer, dans le Nord (1993-1995).

En 1996, Thierry Drack est entré dans la préfectorale, d’abord comme sous-préfet, chargé de mission pour la politique de la ville auprès du préfet du Val-de-Marne – Bruno Fontenaist puis Francis Idrac –, puis comme sous-préfet de Fougères, en Ille-et-Vilaine, de 1998 à 2000, et enfin comme directeur de cabinet du préfet de la région Rhône-Alpes, préfet de la zone de défense Sud-Est, préfet du Rhône, Michel Besse.

Sous-directeur du recrutement et de la formation à la direction des ressources humaines* du ministère de l’Intérieur de 2002 à 2005, le nouvel inspecteur général de justice fait ensuite un bref passage en cabinet ministériel, comme directeur du cabinet du ministre délégué à la Promotion de l’égalité des chances Azouz Begag.

En 2006, Thierry Drack retourne dans l’ordre judicaire, comme avocat général près la cour d’appel de Caen, dans le Calvados, avant d’être promu président de chambre à la cour d’appel de Rennes (Ille-et-Vilaine) de 2009 à 2011. C’est à cette dernière date qu’il rejoint la Nouvelle-Calédonie en tant que Premier président de la cour d’appel de Nouméa.

* Anciennement direction des personnels, de la formation et de l’action sociale.