Quantcast

Le labyrinthe institutionnel, obstacle à l’engagement des jeunes

23 nov. 2017, PAR Soazig Le Nevé
  • 04
    MIN
  • 0

Fotolia

Dans un rapport remis à Emmanuel Macron, Jean-Yves Daniel, doyen honoraire de l’Inspection générale de l’Education nationale et Eric Barrault, délégué national à l’éducation à la défense, invitent le gouvernement à voter « une loi sur l’engagement » qui définirait « un parcours universel d’engagement » pour les jeunes, comme une composante du futur service national universel (SNU).


S’engager, c’est d’abord savoir où l’on va. Il n’en faut pas plus pour que déjà l’affaire se corse, constatent Jean-Yves Daniel, doyen honoraire de l’inspection générale de l’Education nationale (Igen) et Eric Barrault, délégué national à l’éducation à la défense au ministère de l’Education nationale, dans un rapport* remis au chef de l’Etat fin octobre consacré à l’engagement des jeunes et la cohésion sociale, dont Acteurs publics a eu copie.

Cadets de la défense, cadets de la sécurité civile, cadets de la République, réserve militaire, sapeurs-pompiers volontaires, service civique… Oui, c’est indéniable : les jeunes peuvent s’engager. Mais encore faut-il qu’ils en trouvent le mode d’emploi. Car par dizaines, des dispositifs sont proposés sans la moindre coordination entre eux.

« Ils dépendent, dans certains cas, d’initiatives locales, et sont limités par les moyens des institutions et la disponibilité de ceux qui les portent », observent Jean-Yves Daniel et Eric Barrault.

« Demande de France et de République »

Pas d’échange d’expériences entre organisateurs. Pas de passerelles entre dispositifs. Pas de visibilité sur les propositions ni sur les objectifs… S’engager revient ainsi à entrer dans l’inconnu d’un maquis administratif ou associatif dont les jeunes ne détiennent aucune des clés.

Or depuis les attentats qui ont touché notre pays en 2015 et 2016, « la demande de France, parfois élargie à la solidarité européenne, comme de République, a fait un chemin important », soulignent les deux auteurs. Lesquels sont formels : il ne saurait y avoir de « résilience nationale » sans une forte « implication des institutions régaliennes ».

Histoire de mettre un peu d’ordre -et même s’il ne faut pas répondre à tous les sujets par une nouvelle loi- le doyen honoraire de l’Igen et le délégué national à l’éducation à la défense sont donc très clairs : il faut « une loi sur l’engagement ». Une « loi de mobilisation de toute la société, institutions et individus, et à ce titre susceptible de revêtir un aspect organique, si ce qualificatif pouvait être élargi de la sphère des pouvoirs publics à l’ensemble des acteurs sociaux ».

Dépasser le seul aspect militaire

Ils proposent l’instauration d’un « parcours universel d’engagement » pour la jeunesse susceptible de contribuer à la réalisation du « service national universel » (SNU) d’une durée d’un mois obligatoire que le président de la République souhaite justement mettre en place, sans qu’on en connaisse encore les modalités.

Mais attention : pas question de revenir à un service militaire, préconisent Jean-Yves Daniel et Eric Barrault. « Nous avançons un sens du national dépassant le seul aspect militaire, suffisamment diversifié pour pouvoir intéresser chaque jeune, et lui demander par-là d’œuvrer pour l’intérêt général, celui du pays », expliquent-ils.

En effet, « sans qu’il s’agisse pour autant de militariser la société autour du tout sécuritaire, le service de la Nation et de sa résilience doit être le fil rouge, la référence constructrice et structurante du parcours d’engagement, l’élément fédérateur permettant le développement coordonné des actions (…) et la mutualisation des moyens entre les différents acteurs, régaliens et au-delà ».

Fin de la JDC

Le rapport suggère qu’une organisation interministérielle placée auprès du premier ministre et dirigée par l’actuel Haut-commissaire à l’engagement [Yannick Blanc ndlr.], vienne prendre en main le SNU dont le parcours universel serait une composante, « apportant en particulier une cartographie lisible et un portail commun offrant la visibilité aux jeunes ».

En lui-même, le parcours universel d’engagement pour la jeunesse pourrait débuter dès le collège et se poursuivre jusqu’au premier cycle universitaire, sur la base du volontariat. Les actions menées iraient « du très local, avec l’aide aux camarades en difficulté (élèves pairs par exemple) pour les plus jeunes jusqu’au niveau le plus global avec l’incorporation dans la réserve militaire et la garde nationale », décrivent Jean-Yves Daniel et Eric Barrault.

Enfin, le rapport propose de supprimer les journée citoyenneté défense (JDC) au profit de journées d’engagement de la jeunesse (JEJ), « faisant le point personnalisé du parcours universel d’engagement » sur la base du livret d’engagement dont chaque jeune serait doté sous une forme à la fois matérielle et numérique.

Quel budget ?

De son côté, l’exécutif est, pour l’heure, resté discret sur ses intentions, même si a officiellement été engagée « une phase préparatoire » au SNU en septembre, avec en ligne de mire une première expérimentation du dispositif en 2019.

Reste surtout à connaître les moyens que l’Etat souhaitera réellement dédier à l’engagement des jeunes. Sachant que le ministère des Armées a déjà fait savoir qu’il n’envisageait pas d’en être l’unique sponsor. Un récent rapport d'information sénatorial chiffre ainsi le coût du SNU, entre les infrastructures et l'encadrement, « entre 20 et 30 milliards d'euros sur cinq ans ».

 

*Cette mission avait été confiée à Jean-Yves Daniel et Eric Barrault en mai 2016 par Najat Vallaud-Belkacem, alors ministre de l’Education nationale