Quantcast

Jean-Marc Sauvé prend la présidence d’un comité d’éthique

26 juil. 2018, PAR Shahinez Benabed
  • 02
    MIN
  • 0

Vincent Baillais


Le désormais ex-vice-président du Conseil d’État, admis à faire valoir ses droits à la retraite par limite d’âge, le 29 mai dernier [lire notre article sur le sujet], Jean-Marc Sauvé prend de nouvelles responsabilités au sein du Comité d’organisation des jeux Olympiques (Cojo) Paris 2024. Ce dernier vient en effet d’être désigné président du comité d’éthique de la structure. Un fonction qu’il occupera en plus de sa toute nouvelle casquette de président du conseil d’administration de la fondation catholique des Apprentis d’Auteuil [lire notre article sur le sujet].

Pour mémoire, le Cojo, également appelé Paris 2024, a remplacé, en janvier dernier, le Comité de candidature Paris 2024. Son objectif est de gérer à la fois le financement, l’organisation et le déroulement des J.O. d’été de 2024 à Paris.

Le comité d’éthique, quant à lui, fort de 6 personnalités indépendantes et de 2 parlementaires, est chargé de “superviser la politique éthique de Paris 2024 et de veiller au respect, par les collaborateurs, des valeurs individuelles et collectives sur lesquelles Paris 2024 fonde son action. Il veille également à la prévention des conflits d’intérêts”, précise un dossier de presse.

Vice-président du Conseil d’État entre 2006 et 2018

Âgé de 69 ans, diplômé de Sciences Po Paris, titulaire d’une maîtrise en sciences économiques et passé par l’ENA (promotion André Malraux, 1977), Jean-Marc Sauvé a notamment été vice-président du Conseil d’État entre 2006 et mai dernier.

Plus tôt dans sa carrière, celui qui avait intégré le Palais-Royal à sa sortie de la prestigieuse école d’administration a notamment été conseiller technique, entre 1981 et 1983, des gardes des Sceaux successifs de l’époque, Maurice Faure puis Robert Badinter.

Il a ensuite, et entre autres, occupé les fonctions de directeur de l’administration générale et de l’équipement au ministère de la Justice, jusqu’en 1988, avant de rejoindre l’Intérieur en tant que directeur des libertés publiques et des affaires juridiques pendant presque six ans.

Préfet de l’Aisne entre 1994 et 1995, Jean-Marc Sauvé a en outre été secrétaire général du gouvernement (SGG) de 1995 à 2006.